L’église Notre-Dame-des-Laves, un petit miracle.

L’île de La Réunion est une terre de croyance, où les religions tiennent une place importante au sein d’une grande partie des foyers. Si vous passez dans l’Est de l’île, il est une petite ville que vous ne pouvez pas manquer : Sainte-Rose. La Réunion, mon amour oui, mais aujourd’hui c’est sur cette toute petite ville que je m’arrête.

Situé à l’extrême Est de La Réunion et aux portes du Sud Sauvage, Sainte-Rose est une petite ville authentique, fleurie, calme, où il fait bon vivre. Loin de l’agitation des grandes villes, sa tranquillité nous laisse tout le temps et le loisir de découvrir ses trésors. L’un d’eux, justement est l’église Notre-Dame-des-Laves de Piton Sainte-Rose. La particularité de cet édifice religieux ne réside pas forcément dans son architecture ou sa grandeur, mais plutôt dans son histoire. Remontons le temps, jusqu’à l’année 1977. Le 8 avril de cette année-là, le Piton de la Fournaise – l’un des volcans les plus actifs au monde – entre en éruption. Les coulées sont anormalement proches des habitations de Bois-Blanc qui comprennent très vite le danger. A 23 heures, plusieurs centaines de personnes sont évacuées par l’armée. La population est en sécurité mais, le lendemain, une nouvelle coulée de lave descend les pentes du volcan puis, traverse la route. 1500 personnes seront par la suite évacuées. La lave entre dans la ville et brûle une douzaine de maisons, avant d’atteindre la mer au petit matin du dimanche de Pâques.

L’histoire ne s’arrête pas là. Une fracture s’ouvre tout près de Piton Sainte-Rose, laissant la lave se répandre dans le centre du quartier. On pouvait voir des oiseaux tomber d’asphyxie dû au gaz des coulées de lave. Une coulée annexe entoure une ancienne gendarmerie qui s’y trouvait avant de se diriger vers l’église de Piton Sainte-Rose. C’est la partie qui va suivre qui faire toute la renommée de l’édifice religieux. Alors que la lave s’enfonce vers l’église un événement inattendu se produit ! La lave s’arrête devant l’entrée de l’église, la contourne et pénètre dans la nef. Les vitraux explosent, certes, mais l’église a été épargnée par les laves ! La coulée ira le lendemain se jeter dans la mer avant de s’éteindre définitivement le 16 avril.

Suite à cela, un observatoire volcanologique a été établit à La Réunion et inauguré en 1980. Cinq ans plus tard, les parties abîmées par la lave furent rénovées. Les vitraux rendent aujourd’hui hommage à cette coulée de 1977, avec des représentations ayant pour thème la coulée du volcan. C’est d’ailleurs cette histoire atypique qui à valu à l’église Notre-Dame-des-Laves son nom. Les traces de cette incroyable histoire, que les habitants qualifient volontiers de miracle, sont encore visible. Les anciennes coulées qui entourent l’église sont toujours présentes et font le bonheur des curieux qui viennent à sa découverte. Je vous laisse observer par vous même !

Église  Notre-Dame-des-Laves, Piton Sainte-Rose

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s